Insectes

Tout savoir sur le système de détection des moustiques

Avec les beaux jours qui reviennent, la chasse aux moustiques est lancée. On a beau faire le tour des répulsifs, ils parviennent toujours à nous repérer. Mais comment font ces nuisibles pour détecter leur proie? Le point sur leur système de détection et les moyens d’éviter d’être pris pour cible.

Impossible d’échapper aux moustiques

Affronter la saison des moustiques est un vrai casse-tête. La nuit, ils nous empêchent de dormir avec leur vrombissement incessant et leurs piqûres qui démangent. Et étrangement, quand on les cherche pour leur taper dessus, ils disparaissent, et réapparaissent dès qu’on éteint la lumière. Même dans le noir, ils parviennent toujours à nous repérer. Après un cache-cache nocturne, le moustique tigre revient à la charge au petit matin et au crépuscule. Il n’y a pas de répit pour les humains et il paraît impossible de leur échapper. 

Une étude publiée dans Current Biology affirme qu’il est inutile de lutter et qu’ils trouveront toujours un moyen de nous repérer quoi que l’on fasse. Des chercheurs de l’institut de technologie de Californie et de l’université de Washington ont découvert les canaux sensoriels qu’ils utilisent pour nous traquer.

Les différents signaux de détection des moustiques

Au départ, les chercheurs ont trouvé trois signaux permettant aux moustiques de détecter leur proie

Le CO2

Le premier est le gaz carbonique que l’on exhale pendant la respiration. Il leur sert de piste pour localiser leur proie en plein vol, ce qui explique pourquoi ils aiment nous titiller les oreilles dans le noir. La plupart des insectes suceurs piqueurs utilisent cette technique, mais d’autres insectes moins inoffensifs s’en servent également. C’est le cas de la mouche à fruits ou drosophile qui se nourrit essentiellement de déchets organiques. Elle utilise aussi le même signal pour détecter le CO2 dégagé par la fermentation des fruits. 

Il est intéressant de savoir qu’il y a une possibilité que le moustique tigre ne soit pas aussi sensible au CO2 que ses congénères. D’après Grégory Lambert, responsable de la cellule Méthode et Recherche à l’Entente interdépartementale de démoustication du littoral méditerranéen, Aedes albopictus a dû s’adapter aux environnements urbains, à forte dominance en CO2. Ainsi, les sources sont extrêmement nombreuses qu’il est fort probable qu’il ait été progressivement désensibilisé au dioxyde de carbone, et qu’il a dû s’autosuffir avec les signaux olfactifs

La chaleur et l’odeur corporelle

Le second signal est la chaleur qui émane de notre corps. Elle permet aux moustiques de voir l’endroit précis où piquer et sucer du sang chaud. 

Le dernier signal est notre transpiration. En effet, les insectes piqueurs aiment bien l’odeur corporelle.

On sait depuis toujours qu’ils sont attirés par ces éléments, mais leur mode opératoire est rarement aussi bien expliqué. 

Découverte d’un nouveau signal 

Plus récemment, Jeffrey A. Riffel, professeur de biologie à l’université de Washington a découvert un nouveau signal de détection avec ses collègues. Il affirme : 

« J’ai l’habitude de dire qu’il y a trois signaux majeurs qui attirent les moustiques : votre respiration, votre transpiration et la température de votre peau. Dans cette étude, nous avons identifié un quatrième signal »

Il s’agit de la couleur rouge. L’étude a été réalisée sur un échantillon de moustiques femelles. Précisons qu’elles sont les seules à piquer pour nourrir leur progéniture. L’expérience s’est déroulée dans un environnement contrôlé, avec plusieurs cibles colorées, sur des Aedes aegypti. A l’aide de plusieurs caméras et d’un système de tracking 3D, ils ont suivi la trajectoire des insectes au jet d’un gaz carbonique dans la chambre. Ils ont pu constater qu’une nuée se ruait directement vers la cible colorée en rouge, avant de se tourner vers les cibles orange et noir, et qu’ils se désintéressaient du vert, du violet et du blanc. 

La couleur rouge ou l’appel du sang

Le professeur Riffel va plus loin dans ses explications : 

 « La couleur rouge n’est pas que présente sur vos habits, elle l’est aussi sur la peau. La couleur de peau n’a pas d’importance, nous émettons tous une forte signature rouge. Filtrer ces couleurs attractives sur notre peau ou éviter de porter des vêtements de ces couleurs pourrait être un autre moyen de prévention des piqûres de moustiques ».

Par déduction, les moustiques sont aussi attirés par la couleur du sang et c’est inscrit dans leurs gènes. Cependant, certaines espèces mutées par plusieurs gènes se désintéressent aux stimuli rouge-orangé. Et comme l’étude n’a été réalisée que sur l’espèce Aedes aegypti, les résultats observés ne peuvent être pris en compte sur les autres espèces. Ainsi, pour se nourrir, les premiers signaux qu’ils utilisent restent l’odeur corporelle et le CO2.

Un double système de détection

D’une manière générale, les moustiques possèdent un double système de détection, l’un à longue distance, et l’autre au corps à corps. Ils sont d’abord attirés par les molécules de CO2, qu’ils sont capables de repérer de très loin. La bonne nouvelle est qu’ils ne parcourent pas plus de 200 mètres au cours de leur existence. En revanche, lorsqu’ils atteignent leur cible, source émettrice de CO2, ils se focalisent sur un autre élément pour se décider à piquer ou pas. Il peut s’agir de la chaleur ou de l’odeur de leur proie. 

Ces petits insectes développent un odorat ultra puissant, dont ils se servent en priorité pour identifier leur victime. Très sensibles aux odeurs, ils peuvent en sentir jusqu’à 150 sur le corps humain, ou provenant des bactéries vivant sur la peau. Quoi qu’il en soit, nous ne risquons pas de les sentir car elles sont imperceptibles pour les humains.

Pourquoi les moustiques me piquent et pas mon voisin?

Certaines personnes se demandent pourquoi les moustiques les trouvent plus attirantes que d’autres. En fait, cette hypothèse peut être biaisée par la sensibilité de chacun aux piqûres. Chez certains sujets, elles peuvent ne provoquer que de légères réactions sur la peau, d’où l’impression de ne pas être une proie privilégiée. Par ailleurs, chez les plus sensibles, la moindre piqûre peut causer de sérieuses démangeaisons. Il faut aussi prendre en considération le fait que chaque individu possède son propre cocktail d’odeurs. Savoir lequel attire le plus les moustiques relève donc de l’impossible. En revanche, une chose est certaine. Plus une personne transpire, plus elle dégage des odeurs, plus elle sera une proie de choix. 

Comment éviter les piqûres?

Bien qu’il soit impossible de brouiller les pistes du système de détection des moustiques, il existe plusieurs moyens de les repousser.

  • Porter des vêtements longs et amples, de préférence de couleur claire;
  • Utiliser les insecticides sous forme de spray, les serpentins fumigènes ou les diffuseurs électriques;
  • Installer une mouchtiquaire.

Mouchtiquaire vs climatisation

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore la mouchtiquaire, il s’agit en fait d’un anti-mouche, qui forme aussi une barrière efficace contre les moustiques, les guêpes et toutes sortes d’insectes volants. Vous l’aurez donc compris, c’est une moustiquaire, au nom un peu familier, en raison de sa singularité. Elle est fabriquée par Tranquilisafe, une marque française écoresponsable, solidaire et engagée. Son utilisation permet de se protéger des moustiques particulièrement voraces en été. Elle constitue une alternative à l’utilisation de la climatisation, connue pour perturber leur plan de vol et leur atterrissage. En effet, en temps de covid, il faut savoir qu’ouvrir les fenêtres est le moyen le plus approprié pour renouveler l’air intérieur, et qu’une mauvaise utilisation de la climatisation peut participer à la propagation du virus. Pourtant, en laissant ouvert, les insectes s’en donneront à cœur joie. La solution est donc la mouchtiquaire.

Utilisation de la mouchtiquaire Tranquilisafe

La mouchtiquaire peut être installée sur les ouvertures cintrées ou de forme arrondie, ou même coulissante comme les baies vitrées. Elle peut aussi être posée à l’extérieur pour vous permettre de profiter de votre terrasse ou de votre pergola pendant les soirs d’été. Cela va de soi, elle est ajustable ou sur mesure. Pour l’installation, rien de compliqué car c’est une moustiquaire sans perçage. Il suffit de la fixer sur le cadre des portes et fenêtres à l’aide d’un scratch adhésif très résistant, et elle tient solidement sans se décoller. Ainsi, si vous ne voulez plus l’utiliser, vous pouvez la retirer d’un simple geste, sans sortir votre caisse à outils. Les moustiquaires Tranquilisafe se démarquent par leur ouverture aimantée, un système ingénieux et unique en son genre. Vous pouvez entrer et sortir de la maison sans démonter la toile, en passant à travers, même avec les mains chargées. La moustiquaire s’ouvre et se referme de manière automatisée grâce aux nombreux petits aimants qui s’attirent sur la toile . 

Pour conclure, avec leur système de détection infaillible, nous ne pourrons pas échapper aux moustiques. Comme prévention contre les piqûres, nous pouvons recourir aux différents répulsifs, et combiner différentes méthodes afin d’obtenir des résultats rapides et efficaces. Mais pour éviter de se casser la tête à inventorier tout un tas de solutions, l’utilisation d’un mouchtiquaire pour vos ouvertures est à privilégier. Ainsi, les moustiques se contenteront de vous sentir et de vous reluquer à travers la toile, sans jamais pouvoir la traverser.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page