Insectes

Mouches à fumier: comment les tenir éloignées?

Lorsqu’on parle de mouche à fumier, la mouche verte nous vient tout de suite à l’esprit. En apparence, elle présente le même aspect que la mouche commune. Par contre, elle a un comportement différent et affiche une couleur particulière. Le nom mouche à fumier désigne en réalité plusieurs types de mouches au sein d’une même famille. Au total, pas moins de 1200 variétés, et une chose en commun: elles sont répugnantes. Apprenons à mieux les connaître afin de trouver les meilleures solutions pour les tenir éloignées.

A quoi ressemble une mouche à fumier?

La mouche à fumier est un parasite qui, visuellement, ressemble beaucoup à la mouche domestique, mais avec une tête beaucoup plus grosse et un corps robuste. Elle se distingue aussi par ses couleurs métalliques, tantôt vertes, tantôt bleues. Il en existe plusieurs types à travers le monde. Ce n’est pas évident de faire la distinction entre elles, à l’exception de quelques espèces comme le ver à vis ou la mouche pollénie du lombric

Ver et lombric? Oui, nous parlons bien de mouches encore à l’état de larve, ou les asticots de mouches. Revenons sur leur cycle de vie pour en savoir un peu plus. 

Le cycle de vie d’une mouche à fumier

Après la ponte, les œufs éclosent, se transforment en larves, et ça ne leur prend que 24 petites heures. La métamorphose suit son cours. Elles deviennent des chrysalides, puis enfin des mouches

En général, les mouches à fumier pondent leurs œufs dans les cadavres d’animaux vertébrés. Pour se développer, les larves se nourrissent de carcasse, ce qui fait gonfler davantage le cadavre. Après quelque temps, elles se transforment en nymphes, puis en mouches adultes. Cette métamorphose a lieu pendant environ deux ou trois semaines. Une fois arrivée à maturation, la durée de vie de la mouche varie entre deux et quatre semaines. 

Même si elles sont généralement attirées par la carcasse, ce type de mouche aime aussi bien pondre ses œufs dans le fumier. Ce n’est pas pour rien que leur nom est associé à l’engrais.

Les espèces de mouches à fumier

Il faut comprendre que chaque type de mouche à fumier peut adopter un comportement différent. Au stade larvaire, certaines espèces sont détritivores, en l’occurrence, celles qui se nourrissent de fumier et de carcasse jusqu’à les faire disparaître. D’autres sont carnivores, et s’attaquent aux micro-organismes et aux nuisibles du jardin comme les pucerons. Enfin, il y a aussi les larves de mouches herbivores. Passons en revue ces trois espèces.

Scatophaga stercoraria

La scatophaga stercoraria est la vraie mouche à fumier. Elle règne sur la bouse d’avril en septembre, et aime la compagnie des vaches à la campagne. Cette variété appartient à l’ordre des diptères et à la famille des scatophagidés, au même titre que les moustiques et les taons. Elle ne possède donc qu’une paire d’ailes, et mesure en moyenne 5 mm de long, mais peut aussi atteindre le double de sa taille. Son corps couvert de fins poils dorés se dresse sur des pattes jaunes velues. Sa couleur brun-jaune, permet d’observer le dimorphisme sexuel. Elle est verdâtre chez la femelle, et plutôt rougeâtre chez le mâle. 

La bouse fraîche est leur lieu d’accouplement favori, sur laquelle la femelle dépose ses œufs. Lorsque ces derniers éclosent, les asticots se nourrissent d’autres asticots. Les mouches adultes en font autant avec les petites mouches. Les mouches à fumiers apprécient les endroits frais et humides. Vous pouvez les croiser dans les prés, au jardin, sur les fleurs et les feuilles des arbres et des végétaux.

La mouche verte

La mouche verte est celle que vous croisez le plus souvent dans le jardin, mais s’aventure aussi quelquefois dans la maison. Dans le langage scientifique, elle porte le nom de Lucilia Caesar. De l’ordre des diptères, elle est de la famille des Calliphoridés. Elle se distingue de ses congénères par son corps trapu et poilu, de couleur vert métallique. On la reconnaît aussi à ses yeux rouges globuleux très rapprochés. Contrairement à ce que l’on peut penser, la mouche verte n’est pas comme la mouche à fumier. Elle préfère les fleurs aux bouses de vaches, et en est très friande. Mais il lui arrive aussi de se poser sur les cadavres de petits animaux et les crottes de chien, notamment pour y pondre ses œufs.

La mouche bleue 

Cousine proche de la mouche verte, la mouche bleue ou mouche à viande, lui ressemble en tout point. Même ordre et même famille, elle aime aussi les roses ainsi que les habitations. Aussi appelée calliphora vicina, la seule distinction notable entre les deux mouches se trouve au niveau de la couleur, cette dernière étant d’un bleu métallique.C’est celle qui vous rendra le plus souvent visite à la maison. Cette mouche butine comme une abeille mais se nourrit aussi d’excréments. Elle pond sur la carcasse, les végétaux pourris ou dégageant de fortes odeurs, ainsi que les denrées alimentaires. En effet, elle apprécie tout ce qui est frais et odorant comme le poisson, le fromage et la viande, d’où le nom mouche à viande. Et comme vous pouvez l’imaginez, quand les larves élisent domicile dans votre nourriture, le risque de contamination est accru. 

Auxiliaire ou nuisible?

La mouche à fumier étant nécrophage, s’avère utile au compost. En d’autres termes, le fait de se nourrir d’animaux morts et de matières organiques en décomposition est pour elle une manière de contribuer à la fabrication du compost. Par ailleurs, elle est aussi un élément essentiel à la pollinisation des fleurs au parfum délicat comme l’arum. Ainsi, on peut dire que ce parasite a un rôle à jouer dans l’écosystème et n’est pas totalement inutile. Mais bien qu’il puisse prétendre à la fonction d’auxiliaire au jardin, n’oublions pas qu’il reste un porteur de virus ambulants dans la maison et surtout dans la cuisine.

Ce qui les attire

Si vous avez un jardin ou plantez des fleurs sur le rebord de vos fenêtres ou même à l’intérieur de votre habitation, les mouches à fumier peuvent s’en approcher pour butiner. Une porte ou une fenêtre ouverte leur permettront de s’introduire chez vous sans y être invitées. Sachez qu’elles réussissent aussi à se frayer un passage dans un mur fissuré. Si vous avez des animaux domestiques, leurs excréments vont les attirer à l’extérieur comme à l’intérieur de votre maison. Faites attention si jamais votre animal présente une plaie ouverte, car cela constitue un terrain favorable pour la ponte des mouches à fumiers. 

En outre, elles trouvent leur bonheur dans les matières en décomposition, comme la viande ou les légumes avariés. La poubelle de la cuisine non vidée attire également leur présence. Si vous remarquez une zone particulièrement infestée de mouches, cela peut dissimuler la présence d’une crotte ou d’un cadavre d’animal. Une fois qu’elles ont pénétré dans un bâtiment, se débarrasser des mouches à fumier est un vrai combat, car elles ne se privent pas de pondre leurs œufs un peu partout.

Les solutions contres mouches à fumier

Repérer les zones de reproduction 

Les mouches à fumier sont actives toute l’année, mais cette activité s’intensifie en avril et atteint son pic en été. Elles sont faciles à repérer car elles se regroupent généralement sur une même zone. Leur bourdonnement est le signe d’une infestation. Par contre les larves sont difficiles à apercevoir, car elles se dissimulent en-dessous et à l’intérieur des cadavres et des excréments. 

Nettoyer les zones pour les repousser 

Pour vous en débarrasser, il faut identifier leur zone de reproduction et la nettoyer. Éliminez tous les éléments susceptibles d’attirer leur présence autour de votre habitation: cadavres d’oiseaux ou de rongeurs, compost, excréments, etc. Si vous parvenez à éliminer le problème à la source, les mouches à fumier migreront vers un autre endroit pour poursuivre leur activité. 

Mais si le problème persiste, vous pouvez toujours recourir à d’autres méthodes plus radicales comme l’utilisation d’insecticide, de bombe aérosole ou de piège à mouches à base de colle. 

Utiliser une mouchtiquaire

En revanche, si vous ne voulez pas exterminer les mouches à fumier pour le service qu’elles vous rendent au jardin, il existe une solution qui vous permet de les tenir éloignées de votre habitation. Il s’agit de la mouchtiquaire, une barrière efficace contre l’invasion des mouches, mais aussi des moustiques, des tiques, des guêpes et de toutes les petites bestioles

C’est quoi une mouchtiquaire? 

La mouchtiquaire est en réalité une moustiquaire au nom un peu différent et original, parce qu’elle est capable de stopper les mouches, ainsi que tous les insectes volants. Elle est fabriquée en France par Tranquilisafe. Retenez bien ce nom, car il s’agit du seul et unique concepteur de moustiquaire sur mesure et ajustable dans toute l’Hexagone.

Le produit vous offre une protection optimale contre les mouches à fumier en les empêchant de pénétrer chez vous. Pour ce faire, prenez les mesures et commandez la mouchtiquaire sur le site pour chacune des ouvertures de votre maison: fenêtre, porte, baie vitrée coulissante, etc. Quelle que soit sa forme, la mouchtiquaire peut être adaptée pour l’épouser. Par exemple, pour vos barbecues à l’extérieur, une moustiquaire pour terrasse est tout à fait concevable. Les mouches à viandes n’auront qu’à passer leur chemin.

Pratique, la moustiquaire Tranquilisafe est en fibre de verre et permet de bien respirer à travers les mailles, tout en vous protégeant des insectes de jour comme de nuit. Peu encombrante, inutile de la démonter. Elle peut être utilisée toute l’année et ne vous emprisonne pas comme les moustiquaires classiques. En effet, grâce au système de fermeture aimantée, vous êtes libre de passer à travers, même avec les mains occupées. 

Pour conclure, la guerre contre les mouches à fumier est lancée. Loin d’être ragoutantes et vecteurs de virus et de bactéries, il est préférable de ne pas les côtoyer. Pas totalement inutiles, elles font d’excellents auxiliaires de jardin. L’idéal est une solution qui permet de les tenir éloignées et de les empêcher de pénétrer dans la maison. La mouchtiquaire Tranquilisafe répond à tous ces critères. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page